2ème Randonnée des 5 châteaux Mazy.

O2 Bikers : juillet 1999.


Je ne sais si, comme moi, à la veille du week-end, lorsque vous épluchez le calendrier des randonnées, il vous arrive de prêter attention aux noms donnés à ces dernières. En ce qui me concerne, je dois bien avouer que ceux-ci influencent souvent mes choix. Un nom suffisamment attractif peut ainsi m’amener à accomplir plusieurs dizaines de kilomètres en voiture pour me rendre sur une rando.

Si certains noms font généralement référence à une rivière ou à une autre caractéristique de la région visitée, d’autres par contre annoncent sans ambiguïté ce qui vous attend réellement et proposent un véritable programme sous forme condensée auquel on peut difficilement résister. C’est assurément dans cette dernière catégorie que peut être rangé celui imaginé par les membres du club Mazy’s Fun Bikers pour leur randonnée annuelle. La Randonnée des 5 châteaux m’a immédiatement conquis et si j’avais dû faire l’impasse sur la première édition, aucun obstacle ne pouvait cette année venir contrarier cette sortie dominicale.

Arrivé aux portes du petit village de Mazy situé le long de l’axe Namur Charleroi, on est directement pris en charge par des signaleurs; certains nous guidant vers le point de départ de la rando et d’autres nous aidant à parquer au mieux notre véhicule un dispositif efficace qui permet d’éviter de tourner en rond pendant trois quarts d’heure. Et une fois les traditionnelles formalités d’inscription accomplies, il ne nous reste plus alors qu’à nous élancer sur l’un des trois circuits proposés; 20, 35 ou 60 km. Soulignons au passage le bel exercice de style réalisé par les organisateurs au niveau de la conception des parcours afin de permettre à tous les participants de voir le même nombre de châteaux et ce, quelle que soit la distance choisie au départ.

Inutile de vous préciser que nous avons bien entendu opté pour le circuit le plus long qui assez logiquement doit être le plus complet. A peine quelques centaines de mètres de bitume séparent la salle d’inscription d’un solide portail en fer forgé qui nous introduit dans une première propriété privée. Et sans véritable préambule, on se retrouve immédiatement plongé au coeur du thème de la randonnée. Le chemin en légère pente débouche très vite sur une majestueuse allée bordée d’arbres centenaires qui nous entraînent vers l’imposant château de Mielmont. Cette magnifique forteresse médiévale mentionnée pour la première fois en1189, a subi au fil des siècles de nombreuses transformations qui ne sont cependant pas parvenues à atténuer sa sévérité due en grande partie à son implantation sur un rocher abrupt surplombant la vallée. Comme entrée en matière, on peut difficilement faire mieux et on imagine aisément le travail préparatoire accompli par les organisateurs pour obtenir l’autorisation de traverser un site aussi prestigieux. Mais la balade ne fait que commencer et quelques kilomètres plus loin, un autre château nous ouvre lui aussi ses portes. Plus petit que le précédent, le château d’Hermoye situé dans un bel écrin de verdure ne manque cependant pas de charme avec ses parterres abondamment fleuris. Après un premier ravitaillement assez copieux dans le village de Bossière et une petite étape de liaison à travers champs, c’est le parc du château de Ferooz qui s’offre à nos crampons. Ce dernier renferme de grandes prairies dans lesquelles galopent de magnifiques chevaux. Si le château suivant de Mélot ne fait quant à lui pas partie du programme officiel, il apporte néanmoins un beau complément paysager au parcours au même titre que toutes les fermes-châteaux rencontrées, Durant les trente premiers kilomètres, nous avons ainsi le privilège de traverser de somptueuses propriétés privées, tout en sillonnant la superbe vallée de l’Orneau; cette dernière nous réservant elle aussi son lot de surprises. Ainsi peu avant d’atteindre le château de Vichenet à l’entrée duquel nous accueille un sympathique gardien, le parcours emprunte un passage très étroit en bordure d’un grand étang. Le moindre écart et c’est le plongeon assuré dans l’eau glacée. Pour nous faire prendre conscience de la difficulté de cette section et mettre en confiance les plus maladroits, les organisateurs n’ont d’ailleurs pas hésité à placer à proximité de la pièce d’eau, deux volontaires de la Croix-Rouge prêts à repêcher les baigneurs improvisés. Nous aurons aussi droit à quelques singletracks boueux qui nous donneront de bonnes raisons de faire fonctionner les nettoyeurs à haute pression à l’arrivée. Véritable point d’orgue de cette journée, le dernier château visité est aussi le plus beau rencontré au cours de ce périple. Le château de Corroy-le-Château avec ses sept tours, semble en effet tout droit sorti du Moyen Âge. Cette forteresse, dont les origines remontent au 13ème siècle, a subi peu de modifications au cours des siècles; ce qui explique son parfait état de conservation. Seul l’ancien pont- levis à l’origine en bois a été remplacé par un pont de pierre. La deuxième partie de la randonnée nous rappelle quant à elle que cette région dont le sol est constitué d’une terre arable très fertile, fait partie de la Hesbaye dont la vocation première est l’agriculture. Durant les trente kilomètres suivants, nous évoluons dès lors sur des chemins de campagne reliant plusieurs hameaux et ponctués par quelques sections pavées.

Si l’ensemble est relativement roulant, nous pouvons cependant compter sur un vent assez violent qui ralentit notre progression dans les vastes cultures. Enfin, une solide grimpette à Onoz nous ramène une dernière fois dans le splendide domaine du château de Mielmont; une belle conclusion pour cette randonnée organisée de manière irréprochable par les Mazy’s Fun Bikers. qui aura permis à plus de 850 vététistes de découvrir une superbe région.

 

Par Philippe Son

 

La randonne des cinq, six

25 mai 2003 - Vers l'Avenir

La randonnée des cinq châteaux a été victime du temps mais a tout de même déplacé les plus passionnés. Kris Hertsens a remporté l'épreuve chronométrée.

L A RANDONNÉE des cinq châteaux en compte six. « Mais on garde l'appellation par habitude, corrige un responsable du Mazy's fun bi­kers. » Cinq ou six châteaux (Mielmont, Hermoye, Ferooz, Mélot, Vickenet et Corroy-le­château dans l'ordre des passages), dans le fond, quelle est la différence tant que les ama­teurs de VTT trouvent leur compte. Avec une pointe l'an-née dernière au bon millier de participants, l'édition 2003 est retombée à 600. « Nous som­mes tributaires de la météo, ex­plique Vincent Challe, le tréso­rier du club. Les familles ne se décident que le matin lorsqu'elles voient le temps. S'il pleut, comme c'est le cas aujourd'hui (lisez hier), ils n'ont pas trop en-vie d'aller dans la boue. »

 

Car le VIT, quand il pleut, ce n'est pas la vie de château malgré les apparences que pourrait donner cette randon­née atypique. « Tous les parcours (12, 25, 35, 45 et 60 km), hormis celui de 12km, passent par les châteaux de la région. Certains propriétaires nous autorisent même à tracer un circuit dans la propriété. » Comme à Mélot où José, 70 ans, et membre actif du club, -« s'occupe du fléchage et de la boucle ; il y passe son temps. »

Hertsens a gagné la randonnée

Devant le château de Corroy, les randonneurs n'ont pas traîné en chemin mals ont tout de même pris le chronométrée avant la Corona CUp.

temps de découvrir les autres châteaux. VA Philippe Berger 163374 VA Philippe Berger 163375

Le VTT, ce n'est pas que rouler. II faut aussi mettre pied à terre et pous- Il roule sur la route mals avant ça, Il y a eu la boue...

ser quand c'est nécessaire. VA Philippe Berger 163378 VA Philippe Berger 163382

Le professeur écrase
la course

A l'image de José, ils sont vingt-huit et quelques bénévo­les à se mobiliser pour mettre en place une organisation qu'ils veulent sans faille. « Avec cette randonnée, on vit pour l'année. On en a une autre, de nuit, mais elle n'a pas le même succès. »

 

Tous ces efforts ont un prix (3.720 euros pour la randon­née des 5 châteaux) que le trésorier regrette, quelque part : « Pour la randonnée chrono de 60 km, nous ne sommes pas tel­lement récompensés pour l'ef­fort. On déplace un véhicule, deux quads, trois motos et une quinzaine de signaleurs pour une cinquantaine d'inscrits, à peine. » Parmi cette cinquan­taine, le vainqueur, Kris Hert­sens, a aimé le parcours. « Il est agréable mais à cause de la pluie et de la boue, il n'était pas possible de rouler vite dans les zones techniques. » Tant pis pour la vitesse, l'Anversois a profité de la première bosse pour écarter la concurrence. « Il était difficile de la monter à vélo, je l'ai montée à pied, et quand je me suis retourné, il n y avait plus personne. » Le trou était fait, Hertsens pouvait contrôler son effort.

Lui qui était descendu à Mazy pour parfaire son entraînement et tester son nouveau vélo écra­sait la course. « J'étais à Riva, en Italie, la semaine dernière pour un marathon (course de 120 km). J'ai profité de cette randonnée chronométrée pour préparer la Corona Cup le week-end prochain. » A Namur, le professeur cycliste sait que « des coureurs costauds viendront pour gagner et que le par-cours est encore trop court pour moi » mais après s'être cassé la main l'année passée, il espère figurer en ordre utile. Quant aux membres du Mazy's fun bikers, ils descendront dans la capitale wallonne pour se dégourdir les jambes après avoir goûté au repos forcé, or­ganisation oblige.

Frédéric BLEUS

VA Philippe Berger 163378

 

Record de participation

Vers l'Avenir - mai 2004
Avec plus de 1 300 inscrits lors de cette dition, le Mazy's Fun Bikers a battu son record de l'an 2000, qui tait de 1 000 participants.

LE TEMPS maussade de di-manche matin, qui s'est heureusement amélioré au fil des heures, n'a pas nui à l'enthousiasme des amateurs de cette épreuve à travers champs, qui ont rejoint Mazy en masse.

Lors de la._première édition, ils étaient 365 et 650 l'an der-nier. Il est vrai que le circuit tracé dans la superbe vallée de l'Orneau est déjà connu par bon nombre de bikers, qui apprécient rouler dans ces chemins communaux, ainsi que dans ces propriétés privées, ouvertes une fois l'an.

Cette randonnée est organisée par un comité compétent et qui en connaît un bout en la matière : Frank Vanhauwaert, président ; Christophe Jaumain, vice-président ; Jean Mendès, secrétaire ; Charles Vincent, trésorier. Outre la fa-mille Houry, ces dévoués ont, une fois encore, pu compter sur la collaboration d'une quarantaine de bénévoles. Au programme de cette balade champêtre figuraient cinq épreuves. Une de 12 km, aux-quels les enfants de moins de 12 ans ont pu participer gratuitement, encadrés par des moniteurs, et d'autres de 20, 35, 45 et 60 km. Ce dernier parcours pouvait être chronométré, avec départ indépendant donné entre 7 h 30 et 10 heures Il a réuni 120 participants, qui sont partis du terrain de football de Mazy, avant de visiter Balâtre, Saint-Martin, Corroy, Ferooz, Bossière, Golzinne et Miel-mont, tout en admirant les châteaux au passage.

Quant au circuit des 20, 35 et 45 km, il était commun à par-tir de la station d'épuration des Trois Ponts. Les châteaux de Vichenet, de Ferooz, Mélot, la ferme Guisset, les châteaux de Kerckove et de Mielmont étaient donc la base du par-cours à emprunter. Au château Mélot, les bikers ont dû effectuer une boucle spéciale de 6 km dans les bois.

C'est Thomas Renuart qui l'a emport dans l'preuve du chrono, devant Cdric Moyen, Gatan Bille, Bram Wybouw, Renny Houben, Johan Peeters, Pieter Vuylsteke, Pascal Poulain, Steven Claessens, Pascal Vanderijt, Ken Hermans, Peter Verstraete, Tim Smits, Marc Vekemans, Stefaan De Wolf, Serge Tome, Gunthter Stockx, Rudi Bernard, Rupret Mergan...
Les coupes offertes par notre journal sont allées au premier du chrono, soit Thomas Renuart, et au club le mieux représenté, soit Lesve, avec une trentaine de représentants.


Le départ encadré des Jeunes de moins de douze ans. VA 308795

Les bénévoles et comitards du club.VA 308801

Une randonée très boueuse

Un succès croissant

Pour la neuvième fois consécutive, le club de basket de Belgrade a profité du début des vacances de carnaval pour organiser des randonnées en VTT.

CES RANDONNÉES ren­contrent de plus en plus de succès puisqu'au bilan final, le comité pouvait se ré-jouir de la participation de 272 sportifs. Des cyclistes venant de toutes les régions, de Wallo­nie, mais aussi du Nord du pays, et appréciant les parcours accidentés des vallées mosanes et sambriennes.

Des parcours à la portée de tout le monde puisque, pour les jeunes et les familles, il y avait déjà un 25 km empruntant des chemins tranquilles et plats de la région nord de Namur.

Et malgré le froid vif qui ré­gnait dimanche matin, dès avant l'ouverture du secréta­riat, des cyclistes habitant la ré­gion namuroise attendaient pour s'inscrire. Mais, si l'on peut dire, le gros du peloton s'est présenté vers 10 h, venant de plus loin (Overijse, Lessi­nes, Malines, Erp-Kwerps, Vil­vorde, Wilrijk, Lebbeke, agglo­mération liégeoise, Hai­naut,...). Ils choisirent les cir‑



Un attelage qui facilite la tâche du plus jeune participant.VA 626649

cuits de 35 ou 45 km, par-delà la Citadelle et les contreforts des vallées basse-sambriennes, illuminées d'un rayon de soleil, mais balayées par un vent gla­cial. « Le tout est de bien se pro­téger les mains et les pieds. Pour le reste, on se réchauffe en roulant».

Et Jean-Pierre Héraly qui, la veille, avait fléché les parcours et, le matin, avait « fait l'ouver­ture pour s'assurer que tout était nickel », rassembla en-suite quelques jeunes basket­teurs pour les encadrer durant 25 km d'oxygénation.

Le succès de cette organisa­tion repose autant sur la beauté de la région que sur l'accueil, avec ses ravitaillements sur les parcours et la logistique (par-king gardé, nettoyage des VTT, vestiaires, douches et tombola entre les participants).



Tôt le matin, des vététistes du club mazyclen étaient déjà prêts à partir. VA 626646

Un détour par les cours des châteaux